en

Nous avons besoin d’un Canada inclusif

Un Canada plus inclusif est possible. Pourtant, bon nombre de personnes font l’objet de discrimination et de haine. Les gouvernements doivent promouvoir des environnements positifs et respectueux où toutes les communautés peuvent s’épanouir. Appuyez un Canada inclusif.
Ajoutez votre voix

Le Canada a besoin d’un gouvernement déterminé à lutter contre la haine et l’intolérance sous toutes ses formes.

Accueillir les personnes immigrantes et réfugiées

Le Canada est le fruit des efforts déployés par les personnes qui le composent. Cependant, puisque l’accroissement de sa population ralentit, le Canada a besoin d’un robuste système d’immigration pour répondre à l’augmentation de ses besoins en main-d’œuvre. Notre mode de gouvernement, nos lois, nos croyances sociales et nos traditions viennent tous de personnes qui ont immigré et qui habitent désormais ici. Les nouveaux venus souhaitent ardemment faire partie de notre communauté et être acceptés et prouver qu’ils peuvent réussir en son sein. Quand nous accueillons et intégrons des nouveaux venus, nous renforçons la société, la culture et l’économie du Canada.

De plus, l’immigration unit des familles. À mesure qu’augmente le nombre des Canadiennes et Canadiens qui parcourent le globe, certains fondent des familles à l’étranger. La réunification des familles doit être une priorité pour le gouvernement du Canada.

Les partis politiques du Canada doivent s’engager à former un gouvernement qui :

  • appuie un robuste plan d’immigration permanente et de réunification des familles assorti des soutiens appropriés;
  • accorde des permis de travail ouverts et des voies d’accès à la citoyenneté aux travailleuses et travailleurs étrangers temporaires, aux travailleuses et travailleurs migrants peu qualifiés et aux travailleuses et travailleurs qui sont en situation administrative irrégulière;
  • remanie l’Accord sur les tiers pays sûrs conclu avec les États-Unis de telle sorte que tous les migrants et migrantes qui entrent au Canada à partir des É.-U. voient leur demande d’asile traitée dûment et équitablement;
  • favorise la sensibilisation du public à la valeur des nouveaux venus, à la rigoureuse sécurité à la frontière qu’assure le Canada et à la situation difficile des personnes réfugiées en fuite.

Dénoncer la haine

Ces dernières années, le Canada a été ébranlé par la montée de la haine et de l’intolérance flagrantes. Que ce soit en raison de l’action des Proud Boys (fiers garçons) bien canadiens ou du mouvement des gilets jaunes, des billets racistes mis en ligne par un sénateur canadien, de la prise de parole par des personnes politiques au cours d’événements organisés par des groupes reconnus pour leur militantisme en faveur de la suprématie blanche, des violents assauts au cours d’événements de la fierté des LGBTABI ou de l’horrible tuerie de la mosquée de Québec qui a fait six morts, le Canada est de moins en moins sécuritaire pour les membres de communautés marginalisées.

Les partis politiques du Canada doivent s’engager à former un gouvernement qui :

  • dénonce et condamne le racisme, l’islamophobie et la discrimination sous toutes leurs formes et s’engage à tenir responsables de leurs actes les dirigeants élus qui propagent la haine;
  • abroge toute loi qui illustre ou renforce des stéréotypes racistes et propage la peur au Canada, et particulièrement la Loi antiterroriste (C-51) et la Loi sur la tolérance zéro face aux pratiques culturelles barbares (S‑7);
  • dépiste et contrôle les groupes haineux qui propagent la suprématie blanche, l’homophobie et la transphobie ou la misogynie.

Se réconcilier avec les peuples autochtones du Canada

Les Premières Nations, Métis et Inuits du Canada ont fait l’objet de flagrantes violations des droits de la personne au fil de l’histoire coloniale de ce pays. Ils en sentent les répercussions au quotidien, à l’intérieur comme en dehors des réserves, car les Autochtones sont surreprésentés au sein des communautés les plus pauvres du Canada, dans les prisons et dans les statistiques sur les suicides, l’indigence et les victimes de crimes violents. Le Canada doit agir sans tarder pour freiner ce génocide des peuples autochtones et de leurs cultures.

Les partis politiques du Canada doivent s’engager à former un gouvernement qui :

  • met en œuvre les recommandations de la Commission de vérité et réconciliation du Canada et la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones;
  • dresse un plan d’action pour mettre en œuvre les recommandations issues de l’Enquête nationale sur les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées.

Niveler les obstacles systémiques à l’inclusion

La lutte contre la discrimination et l‘intolérance nécessite plus qu’un simple changement des attitudes individuelles; elle exige un plan concret permettant d’aplanir les obstacles systémiques, structurels et institutionnels qui créent, renforcent et perpétuent l’inégalité sociale et économique des communautés marginalisées.

Les partis politiques du Canada doivent s’engager à former un gouvernement qui :

  • prend fait et cause pour le renforcement du plan d’action canadien contre le racisme et l’adoption d’une approche pangouvernementale à l’égard de la réduction ou de l’élimination du racisme et de la discrimination religieuse;
  • recueille des statistiques sur le bagage ethno-racial et religieux afin de mieux surveiller les incidences du racisme et de la discrimination systémiques;
  • dresse un plan pour accroître la mobilité et les possibilités sociales en jumelant des plans de création de bons emplois à des mesures renforcées de réduction de la pauvreté et à des investissements dans le logement à prix abordable.